Un savoir à partager...
search_left
 
Vign_taka

 Pochade de Takanori Serikawa

L'hiver sur l'archipel

 
Vign_Meduse_poissonDSC_9541

Verrerie la Méduses

couleurs et transparence...

 
Vign_web

lien pour le site web du Fumoir d'antan

 
Vign_aquarium_phoques
Lien de la Page facebook de l'Aquarium des Îles
 
Vign_1-centre_d_archives
Page facebook du Centre d'archives régional des Îles
 
Vign_p7180022

Cette pochade de Takanori fut exécutée  près du port de mer de l'Étang-du-Nord en 2007.  On y voit l’avancée, maintenant disparue, d’une falaise qui, avec un peu d’imagination, rappelle la forme du sphinx de Gizeh.  Par ses multiples instants de contemplation le long des berges et ses croquis du littoral, Taka rend compte des transformations qui prennent place et s’accélèrent par l’absence de plus en plus marquée du couvert de glace.

 
Vign_helenechevarie_photo_luc_miousse_22_mai_2010

Hélène Chevarie, dans un moment de détente photographiant la nature.

Crédit photo : Luc Miousse

 
La fille du Sable
 
Vign_imgp0653_copie
Photo : J. Landry
 
Vign_photo_glace_004
Photo : J. Landry
 
Vign_160
Photo : Patricia Landry
 
Vign_cabane_digue_patricia_landry_dimanche_24_fevrier_2012
Photo : Patricia Landry
 
Vign_imgp0235
Photo : G. Chiasson
 
Vign_imgp0546
Photo : G. Chiasson
 
Vign_imgp0192
Photo : G. chiasson
 
Vign_quai_de_bassin-3
Photo : J. Landry
 
Vign_imgp0523
Photo : J. Landry
 
Vign_imgp0515
Photo : J. Landry
 
Vign_imgp0454
Photo : J. Landry
 
Vign_imgp0531
Photo : J. landry
 
Vign_208_1_
Photo : M. Poirier
 
Vign_marina_la_pointe-11
Photo : J. Landry
Blog du Réseau

Les phares des Îles, une histoire à connaître...

22/09/2011 13:54:39
Vign_imgp0545_all

Il y a peu de bâtiments patrimoniaux qui ont la force évocatrice des phares dans les réalités de la vie insulaire: 

Ce son bien particulier du borgot qui, au petit matin, les jours de brume, réveille les côtiers. Long souffle plaintif qui veille sur les navigateurs, qui berce et qui rappelle qu’à L'Étang-du-Nord la brume s’amarre;

Cette lumière du phare de l’Île d’Entrée dans une froide et terrible journée de décembre, et ce marin naufragé balloté par les vagues qui prend son espoir en regardant sa clarté;

Le courage de cette femme, seule sur le Rocher, bravant le destin et continuant à garder le phare après que son mari et deux compagnons se soient perdus sur les glaces…

Et combien d’autres réalités, d’autres histoires d’un passé pas si lointain qui construit l’imaginaire collectif des peuples de la mer. Comme me le faisait remarquer Gabrielle dans sa réflexion sur le symbolisme des phares, « Ces monuments lient la terre et la mer… » et plongent notre expérience dans un espace où se mêlent la vie au grand large et celle sur la terre ferme. Ainsi, ces sentinelles maritimes sont de nos jours les représentants d’une connexion viscérale avec notre environnement et ce statut doit éveiller notre attention à l’importance de conserver et de valoriser ce patrimoine bâti.


Les phares, des bâtiments excédentaires

En mai 2010, le ministère des Pêches et Océans décrétait qu’environ 480 phares actifs et 490 phares inactifs étaient jugés excédentaires (1). Ce constat signifiait que la plupart des phares, qu’ils soient actifs ou inactifs, n’étaient plus nécessaires par rapport aux besoins opérationnels. Et, inscrivant ce fait dans un exercice de rationalisation des dépenses du ministère, à moyen terme, c’est près de 1000 phares au Canada qui n’auraient plus à être entretenus.



Loi sur la protection des phares patrimoniaux
 
Dès lors, c’est en nous tournant vers la Loi sur la protection des phares patrimoniaux (2) que nous pouvons orienter nos actions pour la préservation de ce patrimoine bâti. Selon cette Loi « Un phare jugé excédentaire ne peut être désigné comme phare patrimonial que si une personne ou un organisme présente au ministre la promesse écrite, conditionnelle à la désignation, d’acheter ou d’acquérir le phare et d’en protéger le caractère patrimonial ». Chaque phare ciblé devra faire l’objet d’une pétition comprenant vingt-cinq signatures, ce document accompagnant la demande de prise en charge du phare par la personne ou l’organisme promoteur.


Une initiative pour la conservation de nos phares
 
C’est ainsi que lors de la Fête de la Mer et des Marins, une initiative de la municipalité en vue d’acquérir cinq phares de notre patrimoine fut lancée lors d’une rencontre au Vent du Large sous le thème « Les phares des Îles, une histoire à connaître ». Pour cette occasion, le Réseau Muséal et le Centre d’archives avaient conjointement préparé un diaporama avec la participation narrative de l’historien Frédéric Landry et des photos d’archives de phares des Îles d’hier à aujourd’hui.

C’est en travaillant sur ce document que j’ai aperçu toute la richesse de ce patrimoine maritime et j’ai l’intime conviction que nous n’avons qu’effleuré ce savoir. Ainsi, je vous invite à prendre connaissance du diaporama  d’Hélène Chevarie du CARDI (Centre d’archives régional des Îles) sur les phares tout comme les articles s’y référant sur leur blogue.


Le canon du Rocher-aux-oiseaux

Pour ma part, dans le cadre de cette activité, j’ai eu le privilège de réaliser une entrevue avec mon oncle Frédéric Landry. Une rencontre qui s’est révélée très inspirante dans mon engagement à la préservation de notre patrimoine puisque l’histoire qu’il raconte est celle  de la conservation en territoire madeleinien du canon à brume du Rocher-aux-oiseaux .
 
En ce temps-là, le gardien du phare Lauréat Leblanc voyait approcher la fin d’une époque, celle des gardiens et de toute cette ingénierie des premiers temps. Comme à cette période (3) les sites des phares des Îles étaient sous la responsabilité du ministère des Pêches et Océans région des Maritimes, il s’en est fallu de peu pour que cette pièce du patrimoine insulaire quitte l’archipel. Et, c’est sur l’attachement de ces hommes au témoignage que représentent les objets matériels de l’histoire que fut joué le sort du canon du Rocher. Je vous invite donc à écouter cette entrevue.
 

Le phare, symbole de notre appartenance maritime 

En terminant, je vous invite à découvrir cette partie de l’histoire des Îles et vous propose les ouvrages suivants : la collection des livres de Frédéric Landry et sur ce thème particulier les ouvrages suivants, « Piège de sable et Dernière Course ».   Également,  je souligne l'excellent travail de Byron Clark avec son livre sur le Rocher aux Oiseaux « I kept the light still burning sir".  De plus, le site de la route des phares du Québec s’avère des plus instructifs.  Je souhaite que les phares de l’archipel puissent y occuper une plus grande place, car cela exprime évidemment toute la fierté qui m’habite devant notre patrimoine insulaire. Ainsi, je conclus en confessant mon parti pris pour tout ce qui met en valeur notre histoire maritime mais j'ajoute, à mon bénéfice, que notre ouverture au monde doit bien commencer quelque part et pourquoi pas là où se trouvent nos proches et où se déroulent toutes nos histoires.

 
P.S. La pétition de la Municipalité dans le but de classer cinq  phares de l'archipel monuments patrimoniaux se trouve présentement au bureau de la Municipalité, au Centre civique de Cap-aux-Meules, je vous invite donc à en prendre connaissance et à signer ce document le cas échéant.

(1) Pêches et Océans Canada, Mise en œuvre de la Loi sur la protection des phares patrimoniaux, http://www.dfo-mpo.gc.ca/media/infocus-alaune/2010/02/index-fra.htm, consultée le 20 septembre 2011

(2) Ministère de la justice, loi sur la protection des phares patrimoniaux, http://laws-lois.justice.gc.ca/fra/lois/H-3.4/page-1.html, consultée le 20 septembre 2011

(3) En 1973, à la suite des démarches du Père Landry encouragé par quelques compagnons du temps dont Lauréat Leblanc, le canon à brume du Rocher aux Oiseaux fut transporté sur le Cap Gridley, au Musée de la Mer.

Publié par Jocelyne Landry •   Ajouter un commentaire  1 commentaires


Bravo Jocelyne,très beau texte Guylaine
Guylaine Posté le 28/11/2011 21:12:12



© création du logo : Martin Fiset
Créer un site avec WebSelf